03/01/2005

Les gens de là-bas

On aurait tendance à croire que les gens de là-bas ne vivent pas comme ici, qu'ils arpentent les rues de leur capitale en smart à 6 vitesses pour courir d'une exposition de Wang Du au Palais de Tokyo à un brunch au Costes, le tout en changeant de chaussures et sans oublier de traiter leurs comparses "d'avance enculé de provincial j'vais t'enlever le doigt du cul ça va pas traîner putain!", que les filles arrogantes pendues au bras de bellâtres gouailleurs se précipitent chez Colette quotidiennement pour dénicher l'accessoire rare qui leur permettra de lancer un sujet de conversation au bureau le lendemain, que des espaces entièrement dédiés au limage de canines pour l'attaque des planchers des salles de débriefing sont aménagé au rez-de-chaussée des grands hôtels...
Les gens de là-bas s'emmerdent le dimanche, s'affalent devant la télé pour regarder la rétrospective grolandaise l'année, jouent à la Playstation lorsqu'il fait soleil, font la file A Carrefour, n'ont jamais entendu parler d'Alfred Stieglitz , ne lisent pas Télérama, te regardent avec des yeux ronds lorsque tu leur parles du romantisme des ponts surplombant la Seine, s'en vont d'un franc rire de gorge lorsque tu t'informes à propos des heures d'ouverture de musées, disent "combien" trop fort lorsque tu les insultes d'un nonante, t'appellent "m'sieur dame" même lorsque tu t'assieds seule, ne t'emmènent pas dans des fêtes privées le jour de la Saint-Sylvestre, mangent plus de frites que toi.
Illustration : Georgia O'Keeffe par Alfred Stieglitz

16:02 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Les citadins Ces gens chics auraient l'air de ploucs sans leurs beaux costumes...

Écrit par : Noé | 03/01/2005

Les gens chics Qu'ils saignent, qu'ils crachent, qu'ils vitupèrent loin d'ici...Qu'ils rampent dans la fange des ruelles où couchent l'excrément et la mort. Ces gueux ne savent heureusement pas la douleur qu'ils m'inspirent. Notre rang n'a que faire de leurs doléances malsaines.

Écrit par : Noé | 03/01/2005

prise de pouvoir, la suite sans fin
se mettre devant la porte des wc et le regarder fixement jusqu'à... etc etc...

quand l'ambigu 2ème degré empale la branchitude dans un platane

Écrit par : blick | 03/01/2005

. le coup des frites j confirme.

Écrit par : luce | 04/01/2005

,,, Dur dit,,,

Écrit par : moz | 04/01/2005

.... Les français sont des peille-deille, les français sont des peille-deille, les français sont des peille-deille, les français sont des peille-deille, les français sont des peille-deille, les français sont des peille-deille, les français sont des peille-deille, les français sont des peille-deille...

Écrit par : youpi youpla | 06/01/2005

Les commentaires sont fermés.