11/03/2005

Si le mille pattes n'avait qu'une patte...

J'ai le masque qui concombre, le papier collant qui ondule, la colle qui fait des bulles.
J'ai la chaussette qui tire-bouchonne, le jus de légume qui rend aimable, le thé bien chaud servi à table.
J'ai l'aspirateur qui prend le coin, la peinture qui fait la dure, la promenade qui sent l'air pur.
J'ai la carte qui me fait des bleus, l'achat insuffisant, le solde sans consentement
J'ai le sourcil qui se pince, le mollet dru qui se lisse, la fibre capillaire qui glisse.
J'ai le sexe dans la city, le silence en écho, la sieste autant qu'il en faut.
J'ai les deux jours à demi, déjà le manque de lui, la peur de me réveiller la nuit.

Mon Homme à Paris et mes petits cris sans lui...et mes bras loin de lui, et ses pas loin de moi...


Illustration : Craig Oddy

11:49 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

mots j'aime ces phrases et surtout celle "les petist cris"

Écrit par : élise | 11/03/2005

... Sortie du néant...Vous m'avez manqué !!

Écrit par : keone | 12/03/2005

Les commentaires sont fermés.