02/06/2005

C'est la vie.

Mâââââmy est morte et on l'enterre demain.
Elle n'est pas devenue une bonne personne en sautant le pas et était déjà aussi froide avant qu'après-delà. Je ne l'aimais pas, même pas de la tendresse.
On m'a annoncé ça ce matin au réveil, avec tact, en ajoutant que quelqu'un de sage avait dit qu'une naissance annonçait toujours une mort... On dit encore des choses comme ça en province.
Je me suis souvenue des gâteaux roulés à la confiture d'abricot de chez Kerstens abev une cerise confite, du journal de Mickey et de la promenade du mercredi entre l'académie de danse et sa maison. Il y avait une tortue qui s'appelait Pétronille. Un jour elle est morte aussi, un peu après papa.
Pétronille mangeait de la salade et s'ennuyait beaucoup.
On s'ennuyait beaucoup chez eux et on ne pouvait pas poser de questionS.
Papa s'était suicidé et ça n'est pas correct.
Heureusement, Monsieur le curé avait quand même bien voulu l'enterrer à l'église.
Un jour Pââââpy a dit que je ressemblais à une vache après que je me sois fait percer le nez. Après ça, j'ai refusé la corvée du mercredi et je ne les ai plus revu.
"C’est pas pour le billet de 100 francs que je reçois par semaine » j’ai pensé, « 100 balles, ça ne paye même pas mes clopes ! ».
Quand il ont fait déplacer le corps de papa de la tombe du début du cimetière vers le caveau du fond tout juste creusé plus profond pour qu'on rentre tous dedans, ils ne m'ont pas prévenu. Maman a bien cru que j'avais basculé dans la folie en m'entendant raconter que le "trou du cimetière" était vide. J'ai pris des anxiolytiqueS un temps puis c'est passé.
Longtemps plus tard, j'y suis retournée avec Alexandre. Il avait des questions à poser à propos de notre père qui est aux cieux. Nous avons été reçus dans la pièce de devant, je me suis assise pour la première fois sur le canapé interdit, dans la pièce des invités, des étrangers.
Alexandre est un fils illégitime, il ne porte même pas notre nom, il ne pouvait pas traverser le salon et tout salir avec ses cheveux blonds et ses airs de bâtard. Il paraît qu'il lui ressemble beaucoup.
Elle semblait ne pas me reconnaître, la maladie d'Alzheimer n'était pas encore déclarée.
Je n'ai jamais vu sa chambre, ni la salle de bain, ni l'étage. Je n'ai jamais pu fouiller dans les tiroirs, je n'ai jamais vu de photo de papa enfant.
On disait que pââââpy n'avait pas toujours été gentil avec elle, qu'il avait été volage. Elle ne devait pas savoir comment on chauffe son homme. Elle était catholique.
Je me demande si elle avait des bijoux (autre que les deux gros ronds clip en toc ivoire qu’elle portait en permanence aux oreilles), si elle m'a laissé un mot, un secret, un indice pour que je lui pardonne, pour que je me pardonne. Je me demande combien de temps il faudra pour que pâââpy la rejoigne et qu'on se trouve chez le notaire avec "Tonton Patrick" que je n'ai pas vu depuis 20 ans.
Je me demande si je pourrai prendre le service de table classique Boch blanc et bleu.
Je suis un pillard.
Demain j'irai à la messe mais pas au cimetière, je ne veux pas voir le caveau ouvert encore une fois.
Je demande pardon à mon enfant d'être aussi triste ce matin.

13:48 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

..... Sans voix, sans mots.....

Écrit par : promethee | 02/06/2005

les secrets livides Nous portons tous les cortèges de nos secrets de famille surnageants aux eaux troubles ...comme un évier pas vidé après la vaisselle. N rien dire laisser les faits briller par leur évidence et pleurer. Pleurer parce que nous n'emporterons rien de tout cela lorsque nous partirons à notre tour.

Écrit par : Noé | 03/06/2005

. tu es un pillard, mais tu avances, tu avances. et d'ici, ça brille beaucoup de chaleur tout ça. courAge.

Écrit par : L. | 07/06/2005

.. Jah dit que pardonner est bon pour l'âme....j'ai franchi le pas il y a peu, je n'ai pas oublié non, mais j'ai essayé de pardonner et j'ai un peu réussi !! Il m'a fallu presque 15 ans pour cela et c'est assez chouette comme sensation, bizarre à expliquer...je respire mieux.

Écrit par : keone | 21/06/2005

Les commentaires sont fermés.