04/03/2006

Bilan de particules & explications nécessaires

Samedi 4 mars 2006 2H49

A ma droite : 180ml d’eau chaude (40c°) et 6 doses de lait Nan HA 2ème âge.

 

Réminiscences et autres cruautés aux amies d’hier , d’aujourd’hui et d’a jamais.

 

Amie N°1, cette entrevue sur le pas de ta porte marque la fin de nos échanges. Ravie de te voir démaquillée et blafarde  face à ma mine de fin de siècle et à mes kilos de trop.

Ta frénésie de vie ressemble à la mienne lorsque je cherchais où mettre mon gros corps et son âme. Se remplir de chair n’a sauvé personne et je te souhaite autant de tentative de suicide que de sauvetages.

J’avais les mains prises par la poignée de la poussette Stokk où dormait mon fils et je ne l’ai pas lâchée pour te filer une beigne en guise de bilan de 11 années d’amitié feinte et de concours disciplinaire en vue du titre de meilleure confidente /souteneuse d’erreur/congratuleuse  d’espoir en dépit de… amitie-toi, enfile-toi où tu peux/veux, je ne suis plus du jeu.

Amie N°2, va chez le coiffeur, confie ta nourrissonne de fille à ta mère adultère et pavane ta bière au carnaval. Elle hurlera de faim et tu lui fileras 180 ml de lait en poudre sans la regarder, guettant à la fenêtre le retour de ton petit homme chauve.

Tu avais la rock n’ roll attitude entre les cuisses et tu les as refermées.

A(E)mie N°3, mon unique, ma frénésie, mes gouttes dans la piscine où tu m’aurais sauvé de la noyade. Je regrette Abs et nos colères contre les photographies mal venues. Tes excès d’inquiétude m’ont fait douter de ma force et je suis tellement petite/ignorante/vaillante/aimante/fière. Si tu savais qu’il est bon et étouffant d’être une mère… Je t’aime et te regrette.

H., sois mon amie. Tu as dû souffler ce qu’il te restait de paillettes dans le nez pour devenir une mère. Toi seule peux comprendre le renom et la sagesse.

Julie-tte, te rappelles-tu au moins ton patronyme ?

L’amour qu’il me donne à travers ses yeux verts me tétanise.

Je reste pétrifiée devant la vérité.

L’avant est une mascarade.

Harvind m’a dit ce soir que cette dévotion semblait excessive. J’ai vu la vérité et je ne peux détourner le regard.  

03:40 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

... on va voir les vaches? (les autres...)
je t'aime.

Écrit par : A(E)mie | 09/03/2006

Hirsute Je me suis mis en tête de taper Monde est cyanure. Commencé en 1996, l'écriture de ce roman sans structure est une sorte de long fil auquel je m'accroche.

la suite sur http://hirsute.hautetfort.com

Écrit par : andy verol | 18/03/2006

Tu as entièrement raison Bonsoir, ces mots que tu écris à la fin de ton post, me font pensé aux sentiments que j'ai ressenti face à mon fils, et toujours maintenant.
Je ne pense pas que ce soit excessif, tant que l'on garde à l'oeil que c'est un être petit certes mais à part entière.
Je te souhaite tout le bonheur du monde, car c'est bien là qu'il se trouve dans ses yeux verts, et je comprends que tu sois tétanisée, toujours dans le bon sens du terme.
Carpe Diem
Excellent week-end
Betjo

Écrit par : betjo | 18/03/2006

c'est depuis que tu es maman que t'es chiante tu peux pas leur dire d'aller se faire enculer sans en faire tout un tas?
bonjour les phrases lapidaires dis donc...

Écrit par : Blodhorn | 20/03/2006

en fait à la fin du titre du précédent message il y avait un "?" mais bon, il apparait pas le batard, que veux tu... ça va sinon?

Écrit par : Blodhorn | 20/03/2006

A toi l'am(i)ère Mes tendres biZouX et tous mes encouragements. La vie est belle quand on partage ses joies avec les amies !

Écrit par : Caroline (La vie en rose) | 21/03/2006

T LA MEILLEURE BIENVENUE AU CLUB DES MERES JUIVES

Écrit par : SALOME | 27/03/2006

Les commentaires sont fermés.