01/08/2004

Overdressed

"A chaque fois qu'il m'embrasse il a le goût d'une drogue différente".
Le couple princier de la décadence est dans la place.

19:09 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

30/07/2004

Election

Avec un orteil foulé, ça va être sport de gagner le concours de shoes improbables organisé chez la "Reine des Goth. en Nike"...

11:30 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

29/07/2004

Technico-Thaï

Comment peut-on arriver à un tel niveau d'indulgence? Hésitant entre le je m'en foutisme intégral et le je m'en foutisme intégral, je soupçonnais Technicoboy d'être soulagé d'un bon débarras.
Mes mots, comme d'habitude à son contact, ont la platitude des nouilles que j'avale goulument.
Deux accolades aux portes du bus scinderont la fin du début de la fin.
La semaine prochaine, je serai à nouveau transpercée.
 
 
 

23:43 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/07/2004

La théorie

Un point sur 5.
Mauvaise candidate pour le labo de reproduction, malgré les hanches larges.
Tonifier le jus de framboise, acceptation d'une mission, saut de puce pour embrasser Technicolorboy sur le front, retour at home, se déguiser en princesse pour recevoir Mister Man en grandes pompes et danser pieds nus.
La vie dissolue de Juliette B.

17:29 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/07/2004

Au marché

Levée de bonne heure, rendez-vous bouclé, légère odeur d'alcool tiède, marcher, marcher, faire circuler le sang, dégonfler les paupières, offrir au monde un flash turquoise pailleté.

Quelque chose aujourd'hui irradie.

Le menton levé, le sourire scotché, se retenir de saluer à la manière princière les passants médusés. « Oui Monsieur, je suis couleur, je suis paillettes car je suis joie ».

2 raviers de framboises, 2 melons galia, 1 kilo de nectarines, 500 grammes de cerises, du pecorino, du serrano.

Je marche fort, je marche vite, les talons de mes ballerines font plus de bruit que les remarques gouailleuses des gamins en bande bandants. Certains jaloux de ne pouvoir porter pareil fard à paupière.

Ce matin de fin juillet, sans raison particulière, sans que s'explique le ressenti, j'étais la Reine du Monde, la Barbarella de la place du marché.


13:54 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

26/07/2004

De retour

Voyage surprise et coup de tête.
Trois grâces dans une piscine et deux mâles dominants, ça riait fort entre deux tapas.
La mue de coup de soleil fait place à une peau nouvelle et de couleurs en couleur, il n'y a finalement que le rouge qui fait foi.
 

23:22 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

17/07/2004

Les premières gouttes

ont fait un vacarme énorme à l'instant sur les vitres des Velux, alors que je sortais de la douche...si je connaissais la patience, j'aurais bien joué à la pub tahiti au lieu de me contorsionner dans un bac glissant d'un demi-mètre carré...

17:26 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Erratum

Shoot max de pc!
C'était bien 2 jours sans fix...

00:38 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/07/2004

Crois moi si tu veux

Le cinéma coréen, c'est vachement bien (meilleur que les épinards et les brocolis).

21:39 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Du gâteau à la fraise

"J'ai acquis des angles pour accueillir ses coudes, ses genoux, ses reins, et personne ne tient en moi de cette façon". Je n'ai plus dormi aussi bien et aussi profondément depuis des siècles.

Pour peu, j’arrêterais d’avoir peur…


21:35 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Toujours plus vite

Gestion professionnelle du filofax entraînant le bout du nez dehors et plus loin encore!
Première conséquence : en phase de désintoxication de l'addiction à l'écran plat 19'

21:29 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/07/2004

se faire du bien aux yeux - part3

http://www.three-drops.com/three/
http://www.allow-to-infuse.com/
http://www.guerrillagirls.com/index.shtml
http://photographique.js.free.fr./accdirect.htm

00:26 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/07/2004

La maison du bonheur

Pendant qu'un rétalage de jeunes hommes fleurant bon la bière et la testostérone s'opère à quelques dizaines de mètres, je retrouve mon vieux complice dans un haut lieu de la branchitude. La triste expérience de colocation nous aura séparé plus de 3 ans.

Les croisements de vie demeureront un mystère. Qui a bien pu décider qu'un après-midi de juin, lors d'un retour de voyage, je perdrais mes clefs, serais contrainte de prendre cette rue pour croiser une silhouette familière que j'interpellerai alors que j'aurais pu la nier et poursuivre ma route vers le serrurier...

Zorro donc, que plus personne n'appelle comme ça, persiste à me donner du "Julie" en dépit de mes protestations.

Il affiche cette mauvaise humeur perpétuelle et feinte que démasque un sourire narquois.

Si aucun de nous n'avait mentionné l'anachronisme, on aurait pu croire que nos derniers échanges à propos d'un vol de yaourt dans le frigo commun dataient de la semaine dernière.

Il nous reste des références qui remontent de l'époque où nous portions fièrement nos crêtes blondes et nos ABL crasseuses. Nous n'avons pas grandi, je reconnais encore le haussement de sourcil qu'il affichait lorsque je minais la fanfare lors du tout premier festival de Dour.

La maman a de jolis cheveux et de la douceur dans la dureté de son regard. Je pose ma bénédiction sans qu’on ne la réclame.

Cet enfant là sera blond et dans 14 ans, il nous trouvera niaiseux avec nos cd des Pixies et nos recettes de savon et de blanc d'oeuf pour faire tenir des spikes, il volera dans sa chambre pour s'être affiché avec une jeune fille aux cheveux roses.

J'aurais volontiers parié ma vie si l'on m'avait dit, lorsque je décollais les timbres recouverts de savon pour lui renvoyer une missive, que je serais témoin de son bonheur.

"Je le savais", on n'arrivera jamais à se perdre.


22:33 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Alors dites-moi

étiez-vous ou n'étiez-vous pas une infiltrée?

17:11 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

12/07/2004

Raccroche

Que veux-tu que je fasse de ton appel complice?
ça fait longtemps que je n'entends plus rien quand tu parles!

18:46 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

ça m'est tombé dessus hier soir

"Alors qu'il avait plu"
Sur un concert de borborygmes, manifestation physique du poing serré que je m'enfonçais dans l'estomac pour retenir quelques niaiseries, les mots dansaient puis retombaient sans avoir réussi à former une ronde gracieuse.
La platitude de mes propos me faisait craindre une fonte précoce des aires du langage. Aphasie post coïtum?
 
 
 

 

13:11 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Chromosomes

Je n'ai pas envie d'être une fille.

13:01 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/07/2004

Réveil

Ca a sonné longtemps avant que je ne comprenne. Trop tard. Le message laissé par une personne non identifiée s'apparente au bruit que ferait un individu adulte et nerveux en se brossant les dents dans les toilettes d'un train.
Drôle de réveil de dimanche matin.
 

10:36 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/07/2004

Se faire du bien aux yeux ET aux oreilles

http://www.submarinechannel.com/channel/content/pause/mus...
 
 

16:30 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Se faire du bien aux yeux - part2

Promenade
http://www.circus.uni.cc/
Perdu
http://www.hoteloscartangoecholima.com/splash.html#?
Jouette
http://www.mutafukaz.com/
 
 

 
 

16:27 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Terry Richardson

sera le héros de la semaine prochaine.
 
http://www.terryrichardson.com



15:46 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/07/2004

Détail

Personne n'a pris soin de me dire qu'il faut épépiner les raisins pour en faire de la confiture (personne n'a pris soin de me dire qu'on ne fait pas de confiture avec des raisins).

16:28 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

30 heures sans musique

19h00. Comme il y a du déménagement dans l'air, l'option Thaï au dehors en lieu et place d'un dîner at home permettra d'éviter les haussements de voix, les claquements de portes, les sentiments diffus de perte.

Ne pas compatir, pas de complaisance, l'histoire d'avant n'est pas mon histoire. Je ne connais même pas le maintenant.

Le clone asiatique de Cleyderman est en totale contradiction avec nos respirations.

Courtes.

Énoncer un préambule aux questions incongrues et néanmoins nécessaires.

Des hésitations surgissent lorsqu'il s'agit de formuler les choses simplement. "Prononcer 10 mots plutôt qu'un", voilà ma devise. Mes yeux se déportent vers la droite, ça va tellement vite dans ma tête que j'éprouve des difficultés à soutenir un regard bienveillant.

21h30. Devant la porte de l'ascenseur s'entassent des pulls de fille dans des sacs en papier.

Je ne veux rien voir.

Et si elle attendait que la porte d'entrée s'ouvre pour crier "je reviens", je ne pourrais pas reprendre ma route, je serais portée vers un coin du couloir, je me tapirais là pour assister à la scène en me mordant un doigt jusqu'à ce que l'os craque.

Le silence est pire car dans l'air, il flotte un parfum de passage, la poussière des bibelots déplacés ne danse pas faute de soleil dans les baies vitrées qui donnent sur l'opéra.

Je visite à tour de bras pour faire claquer le parquet sous mes talons plats.

Tout est très grand, je dessine du bout de l'oreille droite les dorures des plafonds en remuant la tête discrètement.

Après 10 ans d'appartements au rabais (sous le falacieux prétexte d'indépendance), le volume d'une cuisine détermine les objectifs de vie.

Mon 80M² sous les toits ferait probablement honte à mes aïeux châtelains en comparaison du lieu que j'explore.

Pour plus de sécurité,  je ne passe aucune porte, j'ai peur d'imaginer que je pourrais être assise par terre à regarder des photos d'enfance dans une totale aisance. Se sentir chez soi c'est déjà y croire. Y croire c'est déjà la fin du début. Le début est le meilleur, le coeur de la barquette, l'instant précieux, avec paillettes et fébrilité.

Je ne serai pas allergique au chat noir qui quémande une séance de contorsions sans quoi je serai contrainte de quitter les lieux sans sommation au son d'"atchoum" morveux.

Je parle à mon nez, il semble estimer que le jeu en vaut la chandelle.

Je ne me moucherai pas ce soir.

J’adore les chats, les chats sont mes amis et les pollens aussi.

Pas de films qui font pleurer, pas de japonaiseries, encore moins de films d'animation, je veux du Dary Cool, du Pierre Richard, , je me sentirai moins tarte.

Je porte une paire de chaussures noires.

Marchons donc 100 mètres pour atteindre le mur de DVD, milieu/gauche, les films d'horreur, une main dans le dos, premier contact depuis d'affolantes retrouvailles. Du gore, pas d'angoisse. Evil Dead.Voilà

22h30. Par un tour de passe-passe, le canapé de base se mue en King size, l'écran mesure du mètre sur d'autres mètres. Tour de magie bis, j'ai repris une inspiration et suis sortie d'une apnée guinessquesque de 45 minutes.

Trouver normal ou pas de rire fort des giclées de sang relève de l'appréciation personnelle. Pour le coup, la synchronicité rythme les sursauts. Je connais bien les mains qui sortent de nulle part pour attraper les chevilles, c'est pour ça que chez moi, aucun cadre de lit ne surélève le sommier.

Pour chaque faiblard, un gage est entendu. Une syncope équivaut à 15 minutes de doigts légers qui se promènent dans le cou.

Des gros durs se font piercer l'arcade, font pipi dans leur survêtement Tacchini blanc et la rançon est encore indéterminée.

Note pour plus tard : penser à se poster au coin de la galerie pour glisser à l'oreille des clients potentiels que le stretching dans le cartilage est un jeu d'enfant, qu'il ne faut surtout pas croire Lambic qui conseille de rester allongé un moment, qu'il faut se relever vite et dévaler les escaliers en s'hyperventillant. Il faut rester joueuse.

01h30. Inventaire fait des mets les plus sucrés du marché, le sommeil lourd assomme les vandales qui ont osé faire voler en éclat la structure d'un futon inconfortable.

04h45. Il y a des signes de vie, des anges au milieu des flammes, quelques coeurs de trop, des bougies aussi, chaud-froid-chaud-une sirène de flics, plusieurs rêves étranges, Lenny est revenu d'Egypte un instant, il y a eu des choix, des mains qui se frôlent.

09h15. Jamais de matin, jamais de matin, non, jamais...

Encore un petit peu.

11h10. Le bus n'arrive pas, je prends connaissance des appels en absence, je rappelle. J'affiche un sourire de fille qui fond.

11h12. J'apprends que la consécration suprême arrive sous la forme d'une phrase qui sera probablement coupée au montage, je promets de porter un tailleur comme dans l'ancienne vie de bureau. Et des lunettes de secrétaire aussi, si vous voulez, combien déjà le cachet?

Au fil des arrêts, un élan me porte à faire la bise aux usagers pour leur souhaiter la bonne journée mais ils sentent fort donc je m'abstiens.

Je parle à nouveau à mon nez qui me conseille de regarder mes cheveux.

11h30.Chez Tony&Guy, je serre la main moite du prochain hair cut director of the world en lui conseillant de devenir mon meilleur ami avant de me faire claquer 85 euros pour une crête de pacotille.

Admettons que les papillons dans le ventre annihilent tout esprit critique.

C’est que, voyez-vous Bart, je voudrais ressembler à ce que je suis.

12h45. Bart est dodu comme un loukoum mais ses chromosomes lui confèrent le titre de digne représentant de l'autre caste, donc je le crois sur parole. Comme il prétend que j'ai les plus beau yeux du monde avec ma nouvelle coupe, je dépose 90 euros dans la boîte à bancontact  (les comptes rond font les reines).

15h00, Miss province est à la bourre et insiste néanmoins pour se faire triturer les lobes.

Nous irons donc en pèlerinage rendre visite à l'Elu.

Je me ferai, à cette occasion, tirailler le "trou de perforatrice" (définition maternelle) de 2 mm de plus.

Pas d'effusion, j'estime que ça n'est pas le lieu, on semble s'entendre sur ce point sans se concerter.

15h30. Persuadée que je déserre le poing qui retient une somme de privilèges et de résignation face au bruit tonitruant de la solitude élevée au rang de valeur morale,  je la vois qui prépare la boîte de kleenex et le pot de Nutella.

15h32. Rue-neuvons en choeur!

La prochaine fois qu'on me demande à quoi je passe mes journées d'oisiveté, je répondrai "à contrôler".

A mi parcours, j'hésite entre la gifle aux mères de famille et l'immolation générale, ça sera finalement une barre de chocolat blanc au citron et un coup de fil interrompu par l’absence réseau au général, ô mon général, qui a semble-t-il décrypté les interférences dans le flux des ondes comme des signes d’enthousiasme de la part des émetteurs.

18h00. Entre vedett et vedettes, je dirai à ma complice que je suis "love-love" avant de reprendre une mise en garde dont je prendrai soin de me foutre allègrement.

23h45. Barbara appelle de Londres alors que je me ressers un troisième gin tonic en postant le plus long message de l'histoire.

01h38 Nick Drake et Brian Eno viendront me reservir une dernière vodka. vaillants compagnons...
Un éclat de voix rauque ponctuera plus de 30 heures sans musique.










01:48 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/07/2004

"Contre" les statistiques

Soit,

Les introspections se résument à :

Total5(100 %)(-)
sex galery1(20 %)(-)
parfois1(20 %)(-)
garcons salissent couches1(20 %)(-)
douter c'est foutu1(20 %)(-)
vole la biere de fernand1(20 %)(-)

Mention spéciale à "vole la bière de Fernard", vainqueur incontesté de la recherche par mots-clés.


22:24 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Attitude

ça prend du temps, tout le planning est bouleversé.
Les angoisses quant à l'attitude à adopter pour le garder longtemps sans qu'il se perde ses jolies couleurs au lavage prennent trop de place.
Il faut rester soi-même et utiliser de bons produits, rien d'abrasif, de la douceur...
Ne pas penser qu'il peut y avoir de la malice derrière l'idéal.
"Retrouver le goût des choses simples" et y croire.
Avec un sourire,
voilà.


14:32 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Friandises

Des Oréo, une fondue de fraises au chocolat, des Quality Street (doublons en papier jaune, coco papier vert, gelée papier bleu), des bananes au spéculos et au sucre sur toast, de la glace à l'advocaat, au rhum/raisin, du pain perdu, des mélo-cake, des barquettes de lu, des kinder surprise, des jujubes, une pomme d'amour, des cerises au chocolat blanc, des raisins au chocolat noir, du sorbet à la violette, beaucoup de massepin, du chocolat au nougat de chez café-tasse, des croissants danerolle, des fraises de chez léonidas, pas de loukoums mais peut-être une corne de gazelle.



14:18 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/07/2004

Qu'on lui coupe la tête

J'ai croisé cette grosse putain de Carol M. aucun passant ne lui jetait de pierres mais elle est fort laide, c'est déjà ça.

13:19 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/07/2004

Dream - part2

Le compte n'y était pas, il manquait une barrette et deux billes. Il fallait bien recompter car il était difficile de vérifier avec autant de bijoux sur une si petite surface de peau.
Pendant ce temps, il nous regardait, amusé, sans prendre en considération le côté dramatique de la situation. Il portait un plâtre au bras gauche, le pouce droit accroché au passant de son jeans trop grand, il se mordait la lèvre inférieure.

12:24 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Infiltrer

Jouer à être quelqu'un d'autre est une façon de se psychanalyser.

12:04 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/07/2004

Le goût de l'autre

sa peau en technicolor a le goût du sucre

18:09 Écrit par Julie-tteboussart | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |